Sanctions contre les professeur.es des écoles n’ayant pas fait passer les évaluations nationales en CP et/ou en CE1 : scandaleux et illégal !

July 15, 2019

Nous apprenons avec étonnement que dans au moins 3 départements de l’académie de Montpellier (Lozère, Hérault et Gard) des sanctions sont engagées contre les enseignant.es n’ayant pas fait passer les évaluations nationales en CP et/ou en CE1.

Certains Directeurs Académiques profitent du début de la période estivale pour modifier les répartitions pédagogiques dans les écoles et pour effectuer des retraits sur salaire.

C’est une démarche surprenante dans sa nature et dans sa forme. Le choix fait est non pas d’échanger avec ces enseignant.es pour comprendre la situation, non le choix est fait de sanctionner sans aucune discussion possible… et sans aucune base légale !

 

A lire de toute façon les déclarations du ministre mais également les courriers reçus par les personnels (voir ci-contre), bien faire son travail dans l’Education nationale consiste donc désormais à obéir à des directives non obligatoires dont les finalités pédagogiques sont discutables plutôt que tout mettre en œuvre pour faire réussir les élèves.

 

Concernant la répartition des classes : rappelons qu’elle relève de la direction d’école après consultation du conseil des maîtres, en tenant compte des projets pédagogiques et des expériences de chacun.es. Ce travail collectif de répartition permet de préparer avec sérénité la rentrée et de permettre une meilleure efficacité. Vouloir imposer une nouvelle répartition démontre non seulement une méconnaissance du travail quotidien des enseignant.es mais également d’un mépris pour les élèves qui verront alors leur rentrée perturbée par une décision autoritaire.

 

Concernant les retraits sur salaire et le caractère soit-disant obligatoire des évaluations nationales : Rappelons pour commencer que si l’évaluation des élèves est une obligation de service, les évaluations nationales n’en sont pas une. Affirmer que c’est le cas est au mieux de l’incompétence au pire un mensonge.

Un article du Code de l’Education (l’article L912-1-1) est ensuite cité évoquant les instructions du ministre. Or il n’existe aucun texte réglementaire rendant les évaluations nationales obligatoires.

Le ministre s’est d’ailleurs rendu compte du problème en imposant un article dans sa loi (l’article 9) qui comble ce manque. Mais il n'est pas valable pour 2018/2019.

La République française est un pays de droit écrit, pas une République fondée sur les déclarations dans les médias du ministre.

 

La CGT Educ’action de l’académie de Montpellier exige que ces sanctions soient immédiatement annulées. Elle soutiendra tous les personnels qui engageront une action devant le Tribunal Administratif sur ces questions.

La CGT Educ’action de l’académie de Montpellier invite les enseignant.es sanctionné.es, ainsi que les collègues qui le seraient à l’avenir (y compris dans les départements non concernés à ce jour) à la contacter afin d’organiser collectivement la riposte.

 

Montpellier, le 15 juillet 2019

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com