Mercredi 6 février, les AESH ont exigé : “assez des salaires de misère et de la précarité, on veut un vrai statut !”

February 7, 2019

 

Des dizaines d'AESH se sont mobilisé.es à Nîmes, Perpignan, Carcassonne, Narbonne, Mende ou encore Montpellier pour dire assez aux salaires de misère, assez de la précarité ! On veut un vrai statut !

 

Prochaine initiative : vendredi 15 février à Montpellier, nous organisons une formation syndicales (les infos à retrouvez en cliquant sur ce lien).

 

Retrouvez ci-dessous le compte-rendu de nos camarades de Perpignan et le communiqué de la CGT Educ'action.

 

Dans le cadre d'un appel national pour la défense des conditions de travail et de rémunération des personnels AESH, un rassemblement a été organisé à la DSDEN des PO à l'appel de 5 organisations (FSU- CGT – FO – Solidaires- UNSA) avec une demande d’audience à 14 h 30. Un tractage a aussi eu lieu au rondpoint de la DSDEN.

Ne pouvant pas accéder au parking (portail fermé), afin d'organiser un espace d'échanges plus adéquat et plus sécurisé, l'intersyndicale a sollicité le Secrétaire Général pour demander l'ouverture du portail, en assurant ce dernier qu'il n'y aurait aucune intrusion ni dégradation. Une semaine auparavant, après bien des palabres, le secrétaire général avait accepté qu'une prise de parole puisse avoir lieu sur le parking au pied des escaliers, alors que le nombre de manifestants était plus important et tout c’était évidemment bien passé.

Devant le refus réitéré du secrétaire général, l'intersyndicale a décidé de ne pas se rendre à l’audience. Devant le mépris affiché pour les personnels réunis, une chaîne avec un cadenas a été posée sur le portail et un antivol sur le portillon d’accès. Cette décision est le résultat d'un comportement incompréhensible des autorités académiques. Combien de fois a-t-on entendu que la DSDEN était « la maison de tous les personnels de l'Education » ?

 

Ce type d'accueil réservé aux manifestants ne peut que générer de l'énervement et traduit un climat sécuritaire qui réduit jour après jour les libertés individuelles.

L'intersyndicale considère que ce type de comportement ne peut plus perdurer. Les personnels AESH et CUI, comme tous les personnels de l’éducation nationale, méritent plus de considération !

 

 

La CGT éduc’action a proposé à l’intersyndicale de relancer le collectif de travail AESH qui était très actif il y a quelques années et avaient mené de nombreuses luttes.

 

 

 

 

Communiqué national de la CGT Educ'action :

Mercredi 6 février, c’est à l’appel de l’intersyndicale nationale initiée par la CGT Éduc’action, qu’un peu partout en France, les personnels accompagnant·es d’élèves en situation de handicap (AESH), ont fait entendre qu’elles et ils ne veulent plus subir leurs conditions de travail dégradées, leurs bas salaires, la précarité et le mépris de l’institution pour leur métier 100% nécessaire !

Dans des dizaines de rassemblement sur tout le territoire, ces personnels 100% précaires ont exigé la sécurisation de leur statut par la titularisation avec un statut de fonctionnaire, une réelle revalorisation salariale, une formation qualifiante, adaptée à la réalité du terrain et des conditions de travail décentes.

 

Pour la CGT Éduc’action et les personnels, les dernières annonces ministérielles de mettre en place des contrats de 3 ans à la rentrée 2019 sont plus qu’insuffisantes et ne permettent pas de sortir de la précarité. Dans toutes les délégations reçues et par courrier la CGT Éduc’action a interpellé le ministère en ce sens.

 

Les personnels AESH ont également fait part de leur refus de l’élargissement de leurs missions au périscolaire et à l’extrascolaire. Elles et ils veulent la reconnaissance de leur temps de travail invisible, de la pénibilité de leurs missions et une augmentation immédiate des salaires, pas d’un 2nd employeur comme l’étudie le ministère.

 

La CGT Éduc’action et les personnels ont également fait part de leur inquiétude quant au projet ministériel de généralisation de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) et de développement de la mutualisation dans un contexte d’insuffisance des recrutements. Cela ne pourra qu’accentuer les inégalités et la pression hiérarchique, dégrader encore les conditions de travail et nuire à un réel accompagnement inclusif des élèves.

 

Ce début de mobilisation appelle des suites. De plus en plus nombreux·ses, de plus en plus visibles, les AESH entrent dans l’action. Elles·ils ne s’arrêteront plus. Aucune avancée pour les personnels ne sera gagnée sans notre mobilisation.

La CGT Éduc’action va continuer de porter les revendications des AESH.

Dans les prochains jours, la CGT Éduc’action proposera à l’intersyndicale de prolonger l’action par de nouvelles initiatives.

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com