21 septembre 2017 : En lutte et en grève pour les conquêtes sociales !

September 19, 2017

Montpellier : 10h30 Peyrou

 

Nîmes : 14h30 Maison Carrée

 

Perpignan : 10h30 Place de Catalogne

 

Mende : 17h30 Place du Forail

 

Carcassonne : 14h30 Portail des Jacobins

 

Narbonne : 10h00 Sous-préfecture

 

Béziers : 10h30 Bourse du travail

 

Sète : 10h30 Place de la Mairie

 

Alès : 10h30 Sous-préfecture

 

Le Vigan : 10h30 Mairie

 

Uzès : 17h30 Esplanade

 

Bagnols sur Cèze : 18h00 La Poste

 

Toulouse : 11h00 Arnaud Bernard

 

 

 

 

 

 

 

Lire le communiqué de la CGT suite à la grève du 12 septembre (près de 500 000 manifestant.es !)

 

Dans la manif du 12 septembre .... :

 

 

 

La rentrée se fait sous le signe de la loi « travail » XXL et de la casse des droits collectifs des salarié.es.
La CGT alerte depuis début juillet sur le fond de la réforme et ses conséquences pour les salarié.es : remise en cause du contrat de travail, des salaires, des moyens de défendre les conditions de travail et facilitation des licenciements. Elle alerte aussi sur la forme des « concertations » organisées cet été qui se sont en fait réduites à quelques heures de rencontre CGT-Gouvernement avec des informations plus que parcellaires… !

 

Pour les salarié.es des services publics la déclinaison de la politique du gouvernement Macron se traduit par le gel du point d’indice et le retour du jour de carence. De plus, la hausse de la CSG non compensée par la baisse des cotisations sociales (à laquelle la FERC CGT est opposée) impactera fortement leur pouvoir d’achat, comme celui d’une partie de retraité.es et pensionné.es. Bref, autant de décisions politiques qui vont faire baisser les salaires !

 

La ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation avait assuré que son budget serait « sanctuarisé ». En réalité le budget de l’ESR est finalement amputé de 331 millions ! Comment faire croire que l’on veut défendre l’Enseignement supérieur et la Recherche publics en commençant par grever à nouveau un budget déjà gravement mis à mal par les choix budgétaires de ces dernières années. Comment faire vivre des laboratoires et des établissements publics avec des personnels aux salaires gelés et sans budget pérenne ?

Cette baisse ampute le budget des universités (95 millions) alors que tous les bachelier.es ne peuvent être accueillis dans les filières de leur choix. Plus de 5.000 sont encore sans affectation et des milliers mal affectés. Ce n’est pas la prime à la mobilité de 1000€ pour les étudiant.es en master qui apporte une solution satisfaisante. L’instauration du tirage au sort a ouvert la voie de la sélection à l’entrée en licence qui sera un facteur de ségrégation sociale. Prérequis, sélection, baisse des APL… voici ce que M. Macron propose à la jeunesse ! Il nous annonce une réforme du baccalauréat et de la formation pour cette fin d’année scolaire, avec la mise en place de prérequis pour l’entrée dans les études supérieures… Un pays conduisant moins de 10% des filles et fils d’ouvriers à l’université, au lieu d’investir et se donner les moyens d’élever le niveau de formation de chacun.e ne combat pas cet état de fait mais le grave dans le marbre ! Ce choix politique pénalise particulièrement les jeunes issus des voies technologiques et professionnelles pour leurs affectations en DUT ou en BTS.

 

Quand Macron a décidé de supprimer l’ISF, il faut bien faire des économies ! C’est donc la suppression des emplois aidés qui vient d’être annoncée. Ou plutôt dénoncée car le gouvernement a peu communiqué sur cette mesure. La CGT a toujours été contre les bas salaires et la précarité institués par ces contrats mais leur suppression ne réglera pas le problème des privé.es d’emploi recrutés sur ces postes qui vont directement aller pointer à pôle emploi. Ceux en poste dans des établissements de l’éducation nationale seraient maintenus mais aucun engagement clair n’a été pris. Le non-renouvellement de ces contrats dans les associations et les collectivités territoriales va poser de gros problèmes pour cette rentrée. Une rentrée déjà bien désorganisée dans les écoles par l’assouplissement de la réforme des rythmes scolaires. La CGT a combattu cette réforme en dénonçant ses effets en particulier dans les villes les moins riches et les difficultés engendrées par la désorganisation du temps scolaire. Une fois de plus le ministre agit dans l’urgence, sans concertation avec les personnels de l’éducation ou des collectivités territoriales qui travaillent au plus près des enfants.

Non, M. Macron, les Français.es ne sont pas contre les réformes, juste contre vos réformes qui détruisent leurs droits, détériorent leurs conditions de vie et de travail au profit des actionnaires et des plus riches !


Pour un monde plus juste, plus solidaire la FERC CGT appelle l’ensemble des salarié.es et retraité.es à participer aux journée de grève et mobilisation !

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com