Déclaration de la CGT Educ’action mouvement intra-académique 2017

June 14, 2017

Pour commencer, nous souhaitons vous faire savoir (une nouvelle fois !) que nous déplorons que les informations des documents de travail aient été utilisé par certains syndicats comme moyen de propagande. C’est, pour les collègues, une situation stressante : un syndicat leur explique qu’ils sont affecté.es alors qu’il ne s’agit que d’un projet soumis aux vérifications et améliorations des élu.es paritaires.

 

Cette année, le nombre total de participants PLP aux affectations du mouvement intra-académique est de 322 et 158 obtiennent une affectation (soit 49%). Cette moyenne masque des différences avec des disciplines bloquées : 23 % d’affecté.es en génie mécanique construction (P4100), 20 % d’affecté.es en MSMA (P4550)… On note aussi des disciplines en difficultés selon les départements comme les maths-sciences (P1315) et l’éco-gestion commerce vente (P8013).

C’est globalement un mauvais résultat signe d’un mouvement peu fluide. Autre élément qui permettrait de retrouver une fluidité au mouvement : l’arrêt de l’utilisation de non-titulaires non seulement pour vos « marges de manœuvre » mais également pour les postes pérennes. Vous le savez, nous considérons que cette utilisation de la précarité est inacceptable : nous continuons d’exiger la titularisation sans condition de concours ni de nationalité des précaires et l’arrêt de l’embauche de non-titulaires.

 

Le gouvernement a dévoilé la semaine dernière son programme de réformes à court et moyen terme concernant principalement le droit du travail, les moyens d’intervention des salarié-es, la formation professionnelle, l’apprentissage, l’assurance chômage et la retraite.

Dès septembre 2017 est prévu un chantier concernant la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Pour la CGT Educ’action, la voie principale de la formation professionnelle doit être la formation initiale sous statut scolaire et les référentiels de formation doivent être nationaux. La CGT Educ’action est opposée à la mise en place des blocs de compétences et elle s’opposera à toute tentative de certification partielle ou locale des diplômes et des titres. La CGT est attachée au triptyque : Formation – Certification -Reconnaissance des qualifications et rémunérations. Depuis 1945, les gouvernements successifs n’ont eu de cesse de vanter l’apprentissage comme remède miracle et d’y engloutir des fonds publics afin de financer son développement. Faut-il rappeler qu’il faut avoir signé un contrat de travail pour être en apprentissage ? La limitation vient des offres d’emploi en apprentissage et pas du nombre de places dans les centres de formation. Il est donc inutile de continuer à dilapider des deniers publics pour un hypothétique développement de l’apprentissage. Augmenter le nombre d’apprentis aurait aussi des conséquences pour l’accès à l’emploi des salarié-es qui en sont privé-es. Rappelons que l’objectif premier de chaque salarié-e est d’obtenir un CDI afin de pouvoir construire sa vie et pas de vivoter avec des emplois précaires sous-payés ou le RSA.

Le décret relatif aux dérogations pour les rythmes scolaires dans le 1er degré instaure la possibilité pour les communes de revenir à la semaine de 4 jours et de déroger au calendrier scolaire annuel. Ainsi, sans remettre en cause les décrets Peillon-Hamon, il aggrave la désorganisation du travail et les inégalités sur l’ensemble du territoire où plus aucune règle commune n’existera, tant pour les élèves que pour les personnels.

L’arrêté collège abroge certains principes de la réforme en permettant le retour d’options facultatives, des sections européennes ainsi que la suppression des enseignements pratiques interdisciplinaires. Ce projet incite à utiliser la dotation complémentaire pour recréer les options et laisse plus de marge encore à la modulation des horaires disciplinaires annuels. Le module de découverte professionnelle en 3ème pour choisir entre « la voie scolaire et l’apprentissage » confirme que la lutte contre la reproduction sociale n’est toujours pas d’actualité pour ce gouvernement. Pour la CGT Educ’action, ce nouvel arrêté accroît davantage l’autonomie et généralise la concurrence entre établissements. Il s’agit d’une attaque sans précédent contre le collège unique et l’égalité entre élèves sur le territoire.

La CGT Educ’action dénonce ces deux projets de texte et continue d’exiger l’abrogation des réformes des rythmes scolaires et du collège ainsi que l’ouverture de négociations pour un autre projet. 


 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com