CARTE SCOLAIRE 2017 A SETE : COLLECTIVEMENT, OPPOSONS NOS VALEURS ALEURS CALCULS !

February 16, 2017

Décidément les CTSD (Comité Technique Spécial Départemental, chargé d'étudier les mesures de carte scolaire, c'est à dire notamment les ouvertures et fermetures de classes) se suivent et finissent par se ressembler... Jusqu'à l’écœurement !


La version 2017, telle qu'elle se présente dans le document préparatoire transmis aux syndicats, entérine une logique comptable , diamétralement opposée à nos valeurs, au détriment des écoles accueillant des publics fragiles sur la ville de Sète.


Certes, on ne peut que se réjouir de la mesure exceptionnelle qui bénéficierait à l'école Arago, sauvant la quotité de décharge de direction malgré une fermeture de classe. Mais à Sète, on sait bien qu'une mesure exceptionnelle, n'a par définition, rien de pérenne ! Les écoles Paul Bert et Renaissance en savent quelque chose !

 

En effet, alors que le Préfet Pierre de Bouquet assurait dans un courrier daté d'août 2015 que les « moyens dédiés aux écoles sortant du réseau » seraient maintenus pendant 3 ans, les mesures de baisse de moyens concernant ces écoles n'ont cessé de s'accumuler ! Petit historique concernant Paul Bert : rentrée 2015 sortie de l’Éducation prioritaire, rentrée 2016 fermeture d'une classe et baisse de la quotité de décharge de direction, rentrée 2017 nouveau projet de baisse de la décharge de direction qui tomberait à 50 %. Voilà comment l'Etat a tenu ses engagements ! Au risque de fragiliser encore plus les écoles du centre-ville, et de détruire le restant de mixité sociale.

 

Le Rep + de l'Ile de Thau ne serait pas non plus épargné par les mesures de carte scolaire à la rentrée 2017. Le document préparatoire du CTSD du 23 février indique en effet qu'une fermeture de classe est programmée à l'école maternelle Suzanne Lacore. Les chiffres avancés dans le document sont hautement contestables, fondés sur un constat d'effectifs de rentrée largement dépassé et sur un prévisionnel incontrôlable. Mais quand bien même ces chiffres seraient crédibles, qui pourrait s'offusquer d'un taux d'encadrement de 20,71 élèves par classe dans une maternelle de Rep + ? Certainement pas la CGT qui revendique, pour garantir un service public d’éducation de qualité et répondant aux besoins des élèves :
– l’arrêt de toute logique comptable en défaveur des enfants et des conditions de travail ;
– aucune classe à plus de 20 élèves (15 élèves en REP) ;
– en maternelle, aucune classe ayant des élèves de petite section et de toute petite section, à plus de 15 élèves.
– les classes passerelles ne peuvent se concevoir dans des logiques d'économie et de rentabilité : leur effectif ne doit pas dépasser 10 élèves

 

Au lieu de cela, l'administration imposerait (selon ses calculs) un taux de 24,17 élèves par classe, taux qui sera en réalité dépassé par les effectifs réels et les arrivées de cours d'année, dégradant ainsi les conditions d'apprentissage des enfants et les conditions de travail des enseignant-es.
On l'aura compris : leurs calculs ne correspondent pas à nos valeurs !

 

La CGT Educ'action 34 porte le projet d'une école émancipatrice, dotée des moyens nécessaires, et appelle les enseignants, les parents, les défenseurs du service public d’Éducation nationale à se mobiliser :
– contre toute fermeture de classe et toute baisse de moyen.
– pour l'abrogation des décrets Peillon et Hamon sur les rythmes scolaires qui territorialisent l'école et creusent les inégalités territoriales.
– pour exiger une nouvelle carte de l’Éducation prioritaire, réintégrant les écoles qui sont sorties du dispositif et intégrant les écoles qui doivent y entrer.
– pour exiger une nouvelle carte de l’éducation prioritaire de la maternelle au lycée.


Sète, le 16 février 2017

 

 

 

 

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com