Intervention commune de la CGT et de FO, séance plénière du 12 janvier 2017 du CREFOP

January 15, 2017

Mme la Présidente, M le Prefet

 

En date du 14 septembre lors de la dernière séance plénière, la CGT et FO avaient clairement indiqué que la méthode de travail et le calendrier retenus pour analyser et construire un projet commun au service de l’emploi et de l’orientation et de la formation dans la région Occitanie étaient insatisfaisants.

 

Quatre mois plus tard, force est de constater que nos craintes étaient justifiées. Les moyens à la disposition des partenaires sociaux ne sont pas à la hauteur des ambitions affichées et ne permettent pas l'expression réelle de leurs propositions. De surcroit la ponction récente de l’Etat sur les fonds de la formation alloués aux régions confirme l’écart entre les discours et la réalité

 

Face aux compétences des salariés du CR et de l’Etat, les organisations de salariés ne disposent de moyens ni en compétences, ni en temps pour traiter avec sérieux de tels enjeux, (pour mémoire les nouvelles dispositions  législatives réduisent les moyens en heure des représentants syndicaux).

 

Malgré cela, un travail sérieux à été réalisé par les partenaires sociaux. Nonobstant cet engagement et cette volonté affichée, la part accordée à ceux-ci reste résiduelle.

 

Si l’on peut partager les enjeux et les orientations affichés par l’Etat et la Région, même avec certains désaccords sur le diagnostic, nous déplorons les modalités et le contenu actuels de la gouvernance adoptée. Ils nous paraissent en aucun cas satisfaisants pour permettre l’expression de la parole des représentants des salariés mais aussi probablement des employeurs.

 

C’est pourquoi,

 

- d'une part nous nous abstiendrons sur les projets présentés en rappelant qu'il convient que chacun assume ses responsabilités : l’Etat dont la mission reste jusqu’à nouvel ordre de s’occuper d’emploi, la région dont la compétence de droit commun prioritaire est la formation, avec l’avis des partenaires sociaux qui reste consultatif

-d autre part nous proposons la création d’un groupe de travail dont la mission serait de définir un vrai contenu au concept de gouvernance quadripartite et permettrait de passer réellement à une coopération réelle favorisant la légitimité et la reconnaissance de tous les acteurs tels que définis dans la Loi, dont les organisations de salariés et patronales.

 

Un dernier mot à propos des moyens alloués par l’Etat à la formation professionnelle et à l’apprentissage

 

Alors que la formation des demandeurs d’emploi est érigée en priorité nationale et que le nombre d’entrées en apprentissage plafonne malgré la mobilisation des Régions, l’Etat les prive celles-ci des moyens nécessaires à la mise en œuvre de leurs politiques dans ces domaines.
 

Le projet de loi de finances rectificative pour 2016 vient amputer de 30 Millions d’euros (article 1 – V) les crédits des Régions en faveur de la formation professionnelle. Les alertes répétées auprès du Gouvernement n’ont pour l’heure trouvé aucun écho mais le signal est sans appel : les Régions disposeront demain de moins de crédits pour maintenir leurs politiques de formation professionnelle. Cette décision est d’autant plus choquante que les discussions ont été engagées sur la prolongation en 2017 du plan 500.000 actions de formation pour les demandeurs d’emplois pilotées par les Régions..

 

Le niveau du chômage en France notamment des jeunes appelle à un renforcement des efforts de tous les acteurs publics et non à leur diminution.

 

 

 

Please reload

Infos des élu.es

Pour tous les personnels de l’Éducation nationale : mutations 2019/2020

1/10
Please reload

Please reload

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com