Rechercher
  • mbrabant

CREFOP du 9 février 2018 : carte des formations et délégation du Service public de l'Emploi


Le CREFOP du 9 février 2018 avait deux points principaux à son ordre du jour :

- La carte des formations professionnelles (apprentissage et scolaire) pour la rentrée 2018 :

Nous avons noté que l'apprentissage était très largement priorisée par rapport au scolaire. D'ailleurs, nous avons noté un nombre important de suppressions dans les lycées professionnels, en particulier en GA.

La CGT et la FSU ont été les seules organisations syndicales à voter contre, toutes les autres organisations syndicales présentes ont voté pour.

La carte des formations en apprentissage en cliquant sur ce lien.

La carte des formations en scolaire en cliquant sur ce lien.

- Délégation à la Région du Service public de l'Emploi :

Le Conseil Régional a pris l'initiative de demander à animer désormais le Service public de l'Emploi (voir la délibération en cliquant sur ce lien). Une "convention" est donc en cours de rédaction (la présentation au CREFOP en cliquant sur ce lien).

La CGT et la FSU ont été les seules organisations syndicales à voter contre, la CFDT s'est abstenue et toutes les autres organisations syndicales présentes ont voté pour.

Déclaration de la CGT au CREFOP du 9 février 2018 :

non au transfert de compétence de l’emploi à la Région

La CGT n'a pas signé, le 16 mars 2017, le Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation et de l’Orientation Professionnelle (CPRDFOP). L’une des raisons de notre non-signature est le fait que si la CGT partage la volonté d’une ambition pour l’emploi, l’orientation et la formation, elle ne partage pas le contenu de la gouvernance adoptée.

Il convient que chacun assume ses responsabilités : l’État dont la mission doit rester de s’occuper de l’emploi, la Région dont la compétence de droit commun prioritaire est la formation avec consultation des organisations des salarié.es et des employeurs.

Nous considérons en effet que ce transfert de missions ou de compétences n’aura pour effet que de soumettre encore plus fortement les politiques de l’emploi à la pression des élu.es et des féodalités locales, de renforcer les inégalités et d’éloigner le service public de l’emploi de ses usager.es.

Nous souhaitons par ailleurs que l’État et la Région s’engagent sur les points suivants :

1 – Il ne doit y avoir aucun départ ou transfert d’agent, contre sa volonté, ni en direction d’une autre administration de l’État, ni en direction d’une collectivité territoriale, ni en direction d’une agence ou de toute autre institution ;

2 – Les effectifs de la DIRECCTE doivent être préservés ;

3 – Il ne doit y avoir aucun déménagement forcé ;

4 – Aucun changement de poste ou de missions ne doit être imposé ;

5 – Une évaluation des risques pesant sur la santé des agents dans ce contexte doit être menée, en lien avec le CHSCT.

Nous serons d’autant plus vigilant.es que les documents et informations qui ont été transmises aux membres du CREFOP restent flous.

#CREFOP #Région #ConseilRégional

57 vues

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com