Rechercher
  • mbrabant

A DEFAUT DE VERITABLE PROJET POUR L'ECOLE, LA RECTRICE RESSUSCITE DANS L'URGENCE LES PROJETS


Il faut croire que, pour la rectrice de l'Académie, les enseignants du premier degré n'ont pas eu leur lot de fatigue, de pression et d'incohérences depuis la rentrée de septembre 2016.

Après la mise en oeuvre des nouveaux programmes et des nouveaux cycles, après les pressions concernant Vigipirate et le PPMS, après les évaluations CE2 et leur cadrage académique imposé en dépit de tout cadrage national, après une gestion mémorable de l'épisode méditerranéen d'octobre et la formule qui restera dans les annales d 'une école fermée accueillant les élèves, la rectrice a cru bon d'assommer les équipes avec une note académique sur les projets d'école et ce, quelques minutes seulement avant les vacances d'automne. On appréciera la méthode !

Il y aurait beaucoup à dire sur cette note ! Sur la voie de transmission, directe du cabinet de la rectrice aux directrices et directeurs d'école, fort dépourvus car ils ne sont pas chefs d'établissement mais des professeurs des écoles ayant des fonctions spécifiques. Sur le calendrier ensuite, le projet devant être ficelé pour début janvier et être adopté par le Conseil d'école début mars 2017. Pourquoi une telle urgence, sans préparation ni anticipation, après deux ans de sommeil des projets d'école ? Quel calendrier la rectrice nous demande-t-elle de suivre ? Les échéances électorales sont-elles primordiales ? Un énième message médiatique avant le changement probable de propriétaire ? Sur le fond enfin. Les axes « métier», « apprentissage » et « structuration » font supporter par les équipes les conditions de la réussite de tous les élèves alors que leur investissement et leur professionnalisme, avec les moyens insuffisants actuels, permettent déjà au service public d’Éducation nationale de ne pas s'effondrer dans des conditions de plus en plus difficiles. Est-il besoin, par le biais de cette note, de les pressuriser davantage sans moyens supplémentaires ? Car le principal défaut de cette note est de demander plus d'effort aux enseignants sans les moyens nécessaires pour mener à bien la mission qu'on leur confie face à des élèves dont les difficultés s'aggravent, pour réduire les inégalités qui se creusent.

La CGT Educ'action 34 porte le projet d'une école émancipatrice, dotée des moyens nécessaires, et appelle les enseignants, les parents, les défenseurs du service public d’Éducation nationale à se mobiliser : – contre toute fermeture de classe et toute baisse de moyen. – pour l'abrogation des décrets Peillon et Hamon sur les rythmes scolaires qui territorialisent l'école et creusent les inégalités territoriales. – pour exiger une nouvelle carte de l’Éducation prioritaire, réintégrant les écoles qui sont sorties du dispositif et intégrant les écoles qui doivent y entrer. – pour exiger une nouvelle carte de l’éducation prioritaire de la maternelle au lycée.

#34 #premierdegré

66 vues

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com