Rechercher
  • mbrabant

Licenciements abusifs au lycée agricole de Nîmes Rodilhan : Le premier salarié de l’exploitation agr


Communiqué SYAC-CGT / SNETAP-FSU / SUD-Rural-Equipement / SUD-Collectivités territoriales

En 2014, parmi les 3 salariés de l’exploitation agricole de Nîmes Rodilhan, deux d’entre eux étaient licenciés brutalement et sans égard, le troisième en conflit avec la direction de l’établissement à saisi le conseil des prud'hommes pour non paiement d’heures effectuées et refus de prise en compte de sa maladie professionnelle.

Le rendu du jugement prévu le 21 juin est finalement tombé le 2 août 2016 : la justice condamne l’EPL de Nîmes, considérant ce licenciement sans cause réelle et sérieuse !

Après plus de 550 jours d’écœurement et d’indignation face à ces licenciements la justice a tranché et a rendu raison au premier salarié. La justice à rétabli le droit, rétablissant la dignité d’un salarié outragé dans son honneur. Ce jugement confortant, par là même, les organisations syndicales qui, choquées et révoltées, n’ont eu de cesse d’interpeller l’administration depuis 2014.

Cependant, face à la brutalité et la violence de cette procédure de licenciement, face à l’aveuglement et l’obstination de l’administration, des questions demeurent. Ces agissements trempés dans la banalité du mal, contraires aux valeurs de la République, sont un modèle déplorable pour les apprenants. Des réponses administratives permettant le retour de la démocratie dans l’EPL doivent être apportées.

Pour un retour de la démocratie et de la sérénité dans l’EPLFPA.

Sur l’exploitation de Nîmes, un comité « d’experts », constitué sans aucune base légale, et composé de « spécialistes avertis et compétents », a validé les licenciements ! Ces « prétendus » experts se sont substitués aux prérogatives du Conseil d'Exploitation et du Conseil d'Administration et ce sans motiver leur « avis ». Il est désormais de leur devoir d’œuvrer en toute transparence. Ainsi, la composition, le fonctionnement et les résultats de leurs réflexions doivent être validés par le Conseil d'Exploitation et le Conseil d’Administration de l'EPLEFPA, seules instances réglementaires et légitimes!

De la même manière, la présidente du Conseil d’Administration a t-elle encore toute légitimité pour assurer l’indépendance des débats alors même qu’elle a proféré des accusations malveillantes, en séance, à l’encontre d’un des salariés de l’exploitation ?

La fin de la féodalité pour les salariés des exploitations agricoles des lycées.

Les exploitations, vitrines de l’enseignement agricole, ont été le bras armé d’un modèle productiviste, les 800 salariés des exploitations des lycées agricoles sont des salariés de droit privé, régis par des conventions collectives départementales. Ces statuts ne sont pas en adéquation avec les missions de ces salariés, car ils nient les missions de service public accomplies par nos collègues des exploitations : pédagogie, expérimentation et développement. Aujourd’hui, pour répondre aux enjeux de l’agriculture de demain, les exploitations doivent être à la fois représentatives de tous les modèles agricoles mais également constituer de réels outils pédagogiques au service des apprenants. L’encadrement de stagiaires doit être reconnu et être inclus dans la formation et les missions des salariés.

#enseignementagricole #syac #3048

0 vue

© 2014 CGT Educ'action Montpellier 

created with Wix.com